D’où vient…la langue des signes ?

Si un jour, je devais me transformer en réalisatrice, je ferais bien un film sur un homme méconnu, mais qui a changé la vie de toute une communauté: L’abbé de l’Épée. 

Pendant longtemps, les sourds, isolés, n’ont pu enrichir leurs langues signées et ont dû se contenter d’une gestuelle simpliste ; de ce fait, ne disposant pas d’une langue élaborée, ils passaient parfois pour simples d’esprit. C’est dans les familles de sourds qu’ont pu s’élaborer les premiers fondements de la LSF, et c’est en se regroupant que les sourds ont pu enrichir leur langue.

L’abbé Charles Michel de l’Épée fut, en 1760, le premier entendant connu à s’intéresser aux modes de communication des « sourds-muets ». En observant un couple de jumelles sourdes communiquer entre elles par gestes, il découvre l’existence d’une langue des signes. Il décide alors de regrouper les enfants sourds pour les instruire. Il apprend lui-même la langue des signes grâce à ses élèves et démontre les progrès obtenus jusque devant la Cour de France. C’est ainsi qu’il peut ouvrir une véritable école pour sourds qui deviendra l’Institut national des jeunes sourds, aujourd’hui Institut Saint-Jacques, à Paris. À la mort de l’abbé de l’Épée en 1789, labbé Sicard lui succède et tente d’imposer un langage gestuel conventionné et agrémenté d’une grammaire de « signes méthodiques » qui sera abandonné par la suite.

Cependant, les oralistes considèrent que les sourds doivent apprendre à parler pour s’intégrer dans la société. Le congrès de Milan en 1880— où l’immense majorité des participants est entendante — décrète l’abandon de la langue des signes dans l’enseignement. Trois raisons sont invoquées : la LSF n’est pas une vraie langue, elle ne permet pas de parler de Dieu, et les signes empêchent les sourds de bien respirer, ce qui favorise la tuberculose. Cette interdiction dure près de cent ans, pendant lesquels les professeurs sont entendants et utilisent exclusivement la méthode oraliste. Cependant, malgré l’interdiction de signer en classe, la LSF ne disparaît pas, les sourds se la transmettant de génération en génération, la plupart du temps pendant la récréation.

Dans cette époque, il faut surtout mentionner Ferdinand Berthier (1803-1886): « Militant culturel de la LSF« , comme il aimait lui même à se caractériser. Cet infatigable militant fut longtemps méconnu.

En 1991, la loi Fabius favorise le choix d’une éducation bilingue pour les sourds : LSF et le français écrit et oral. La Loi n°2005-102 du 11 février 2005 reconnaît la LSF comme « langue à part entière ». Aujourd’hui, des instituts — certains privés — ou des associations ont de nouveau intégré la LSF dans leur enseignement. Les professeurs sourds ne sont pas reconnus de façon officielle par lÉducation nationale : les professeurs entendants signent, aidés par des éducateurs sourds. 

Il n’y a pas de langue des signes universelle. Elle est cependant en formation par les associations de langue des signes mondiales. Mais, entre les différentes langues signées, la grammaire présente des similarités qui les distinguent des langues parlées, mais le vocabulaire diffère grandement. Il existe par exemple la langue des signes américaine (ASL), la langue des signes britannique (BSL), la langue des signes belge (langue des signes de Belgique Francophone, LSFB), la langue des signes québécoise (LSQ), etc.

La langue des signes américaine est proche de la LSF, avec une similarité lexicale de 43 % sur une liste-type de 872 mots. Ceci est dû à l’influence de Laurent Clerc sur Thomas Hopkins Gallaudet, le fondateur aux États-Unis de la première école pour les enfants sourds en Amérique et dont le fils Edward-Miner Gallaudet fonda ensuite à Washington le Gallaudet College qui devint la seule université enseignant en Signes.

Il existe un dialecte de la LSF, la langue des signes de Marseille, utilisée par un millier de personnes à Marseille, Toulon, La Ciotat et Salon de Provence. On la retrouve dans l’enseignement de la seule école du Togo utilisant les signes.

La langue des signes européenne est une langue fusionnée à partir des sourds multilinguistes en Suisse (allemand, italien, français et romanche) ; la langue des signes espagnole et autre langues comme l’anglais semblent rejoindre cette nouvelle langue des signes européenne en fusionnant grâce à la langue des signes internationale.

A lire: Des signes et des mots, le blog très intéressant d’un interprète LSF !

Publicités

« Le Fabuleux Village » vous fait signe !

La légende des flottins, édition 2011

Ma ville prépare sa grande attraction de fin d’année: « Le Fabuleux Village ou la légende des flottins » avec ses magnifiques sculptures en bois flottés qui me font entrer dans un autre monde. Le village ouvrira officiellement ses portes le 9 décembre. Une jolie alternative aux marchés de Nöel, tout public et à ciel ouvert ! Absolument rien n’est à vendre. C’est juste pour le plaisir des yeux.  L’ambiance est très particulière, poétique et féerique, surtout de nuit!  Mais une chose m’a particulièrement touchée cette année:à partir du 17 décembre, aura lieu un spectacle en langue des signes ! j’ai vraiment envie de voir ça ! Même si c’est un conte pour enfant, peu importe. C’est plutôt rare, ce genre d’initiative! 

Pour plus d’infos, c’est ici : http://lefabuleuxvillage.eviantourism.com/

La folie des androïdes : Aïe Robot ?

Je suis une grande fan de la culture japonaise. Les mangas, les jeux vidéos, la culture… Mais une chose me donne la chair de poule dans ce pays: Les Androïdes.  Lisez cet article et vous comprendrez de quoi je parle. C’est juste flippant! Finalement, les films tels que I-Robot, A.I et Blade Runner ne sont plus un fantasme de science-fiction. Mais bien une réalité. Les robots domestiques et les Cyber-hôtesses existent. Jusqu’à quand l’humanité va-t-elle se prendre pour Dieu? Les  robots mécaniques comme ça, c’est attendrissant.

Mais faire des copies humaines, là je dis NON! c’est peut-être mon côté occidental qui parle. Mais c’est plus fort que moi: Je ne comprends vraiment pas cette folie d’humaniser les machines. A force, on ne va même plus distinguer qui est qui ! Ces robots me troublent énormément . Vos avis?

la BD du Mardi

Jusqu’à présent je lisais surtout des romans et des mangas . Mais récemment j’ai découvert Pénélope Bagieu, illustratrice française rendue célèbre grâce à son blog « Ma vie est tout à fait fascinante ».

Elle y croque de petites tranches de vie quotidienne, avec enthousiasme et beaucoup d’humour. J’avais déjà lu avec plaisir les aventures de « Joséphine », la Bridget Jones française aux airs intellos…

Cependant c’est surtout sa BD « Cadavre Exquis » qui m’a franchement épatée.

On est, en effet, bien loin de l’univers léger et drôle de ses précédents ouvrages.

C’est l’histoire de Zoé, une hôtesse d’accueil d’une vingtaine d’années, qui traverse une période plutôt morose . Son boulot la fatigue (dans les deux sens du terme), son mec est flemmard et grognon, et ses collègues lui reprochent de ne pas avoir d’ambition . Les premières pages du livre décrivent à merveille l’ambiance Métro-boulot-dodo et cette impression de vivre en pilotage automatique.

Un soir où elle n’a pas le courage de rentrer chez elle, Zoé rencontre Thomas, un écrivain plus âgé et aussi paumé qu’elle .Commence alors une idylle assez touchante, faite de petites attentions, et de tendresse . Mais cependant, Thomas cache un secret qui lui donne un comportement étrange : il se sort jamais, vit les volets fermés et s’emporte dès que la jeune fille veut le connaître un peu mieux. Ainsi, peu à peu, un malaise s’installe entre eux, surtout lorsque Zoé fait la connaissance d’Agathe, la séduisante éditrice de Thomas…

Je dévoilerai pas davantage l’intrigue de l’histoire. Tout ce que je peux en dire, c’est que l’ambiance mélancolique est très réussie, avec des couleurs subtiles et douces. Et un passage « phlash-back » en noir et blanc magnifique m’a énormément fait penser au film « Persépolis » . J’ai également adoré le personnage dAgathe, qui sous ses airs glamours est en fait aussi frustrée et triste que Zoé . Quant à Thomas, je ne le vois pas vraiment comme un égocentrique, mais plutôt comme une sorte d’autiste : il a toujours vécu dans son monde imaginaire et refuse d’en sortir. La fin du livre m’ a complètement prise de court, mais j’ai adoré ! C’est complètement amoral mais jubilatoire !

Bref une jolie curiosité BD à découvrir .

In Time : Quand le Temps a remplacé l’argent.

Après le mythique « Bienvenue à Gattaca «  je ne pensais pas qu’Andrew Nicol ferait un autre film du genre. Je me trompais. Cette fois-ci c’est le remake d’un film des années 70 (Logan’s Run) au concept très intéressant. Le nouveau titre du film: In Time

Résumé:

Dans ce futur proche, les hommes s’arrêtent de vieillir après 25 ans. Passé cet âge, ils reçoivent une espèce de compte à rebour à même leur peau qui marque le temps qui leur reste à vivre, en général un an. Sauf s’ils achètent leur temps de vie par des travaux supplémentaires! Le Temps a remplacé l’Argent. Pendant que les riches, jeunes et beaux pour l’éternité, accumulent le temps par dizaines d’années, les autres mendient, volent et empruntent les quelques heures qui leur permettront d’échapper à la mort. Will Salas, est de ceux-là…

Le moins que l’on puisse dire c’est que le casting est intéressant. Justin Timberlake, Amanda Seyfried et l’inquiétant Cillian Murphy dans le rôle du méchant. Je dois dire que Justin m’intrigue de plus en plus en tant qu’acteur. L’histoire en tout cas, a l’air plutôt originale.  J’ai hâte de voir ça !  

Les anges de Takaki

Parce qu’un peu de féerie, ça ne fait pas de mal, je voulais vous faire un billet sur une de mes illustratrices japonaises préférées: Takaki.

Originaire d’ Hokkaido, Takaki, ( Takashi Nozomi de son vrai nom) a collaboré avec le très connu Kagaya et s’est spécialisée dans les illustrations d’anges et d’oiseaux. Un univers très céleste, donc. Voici sa version des grues japonaises.

J’adore aussi ses anges, qui me rappellent certaines scènes de Vision d’Escaflowne ( quand Van Fanel déploie ses ailes) . On reconnait bien l’inspiration manga avec ses jeunes filles diaphanes aux longs cheveux et aux expressions douces et sereines…

Sans parler des animaux mythologiques, comme la licorne ou encore Pégase qui sont à couper le souffle! Même si son nom n’apparaît pas sur celui-ci:

Une artiste dont le nom est peu connu mais dont les oeuvres circulent beaucoup sur la Toile, dès qu’il est question d’ange et d’univers fantasy.  Il était temps que je la sorte de l’ombre de Kagaya quand même! 

Si cette artiste vous intéresse, je conseille fortement le joli blog dAiyana qui contient de magnifiques tableaux d’elle !

Sur ce , je vous souhaite un bon week end sous le signe de la sérénité !