Le chant du monde (Jean Giono)

Le Chant du monde est un roman de Jean Giono publié en 1934.

jean_giono_le_chant_du_monde

Résumé:

« Le matin fleurissait comme un sureau. Antonio était frais et plus grand que nature, une nouvelle jeunesse le gonflait de feuillages. – Voilà qu’il a passé l’époque de verdure, se dit-il. Il entendait dans sa main la truite en train de mourir. Sans bien savoir au juste, il se voyait dans son île, debout, dressant les bras, les poings illuminés de joies attachées au monde, claquantes et dorées comme des truites prisonnières. Clara, assise à ses pieds, lui serrait les jambes dans ses bras tendres. »

Mon avis:

Avec un extrait aussi poétique, et la belle surprise qu’a été Colline, je devais lire ce livre ! Si vous n’êtes pas familier des récits de terroir mais que vous aimez la nature, cet auteur pourrait bien vous plaire ! 

Depuis deux mois qu’il est monté au pays pour couper des sapins, le « besson » (jumeau dont le frère est mort en bas âge) et dernier fils de Matelot n’a pas donné signe de vie. L’eau endiablée, gonflée par l’automne n’a rejeté aux berges du fleuve ni corps, ni radeau. 

Matelot part à sa recherche en compagnie d’Antonio, dit « Bouche d’or »: un homme sauvage qui connaît la forêt comme sa poche. Ils finissent par apprendre l’enlèvement par le besson de Gina, la fille de Maudru, maître du haut pays et des troupeaux de taureaux. Cet enlèvement enclenche une « guerre de Troie » : poursuivi par les chiens et les hommes de Maudru, le besson tue le neveu à qui Gina était promise.

J’ai adoré l’ambiance : une nature sombre et rugueuse, où les hommes renouent avec leur part animale. La forêt est comme un monde à part entière. L’écriture est rugueuse et poétique. 

Un roman plein de « sève » au coeur d’une nature belle et vibrante. Un livre fort et surprenant à lire ! 

 

DVD du week-end: Comme un avion

Pour ma première chronique ciné de 2017, j’ai choisi un film français pour une fois ! Et c’est la jolie affiche, qui invite au voyage, qui m’a décidée !

commeunavion2

Michel, la cinquantaine, est infographiste. Passionné par l’aéropostale, il se rêve en Jean Mermoz quand il prend son scooter. Et pourtant, lui‐même n’a jamais piloté d’avion…

Un jour, Michel tombe en arrêt devant des photos de kayak : on dirait le fuselage d’un avion. C’est le coup de foudre. En cachette de sa femme, il achète un kayak à monter soi‐même et tout le matériel qui va avec. Michel pagaie des heures sur son toit, rêve de grandes traversées en solitaire mais ne se décide pas à le mettre à l’eau. Rachelle découvre tout son attirail et le pousse alors à larguer les amarres.

Michel part enfin sur une rivière inconnue. Il fait une première escale et découvre une guinguette installée le long de la rive. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de la patronne Laetitia, de la jeune serveuse Mila, et de leurs clients ‐ dont la principale occupation est de bricoler sous les arbres et boire de l’absinthe. Michel sympathise avec tout ce petit monde, installe sa tente pour une nuit près de la buvette et, le lendemain, a finalement beaucoup de mal à quitter les lieux…

Mon avis:

Un très joli film qui met du baume au coeur ! Nous suivons les aventures de Michel, (Bruno Podalydès, acteur/réalisateur du film), qui, encouragé par sa femme Rachelle (Sandrine Kimberlain) décide de faire un long périple en kayak.

Michel rêve d’avions et s’ennuie ferme dans son entreprise. Aussi lorsqu’il découvre sur un site l’étonnante ressemblance entre un  canoë-kayak et un « avion sans ailes », sa décision est prise: il décide de prendre le large ! Il est d’autant plus enthousiaste que sa femme l’encourage vivement à réaliser son rêve.  

Lors de son voyage, il fera la connaissance d’une galerie de personnages aussi sympathiques que drôles: du vieux pêcheur grincheux (Pierre Arditi), au groupe de sportifs.

C’est dans une belle résidence champêtre que notre héros reprend vraiment goût à la vie. La convivialité des gens, l’absinthe fait maison, Mila, (Vimala Pons) une jeune femme rêveuse et sensible…qui aime aussi les avions !

Mais c’est Leatitia, (Agnès Joui) la patronne de la guinguette, qui va le plus charmer notre kayakeur amateur. D’abord hésitant, Michel prend du poil de la bête, se laisse « porter par le courant » et ressort à la fois grandi et détendu de sa balade en solitaire

J’ai pris beaucoup de plaisir à voir ce film lumineux, loin du programme télé déprimant à souhait ! Certes, on peut le trouver un peu désuet, mais parfois, ça fait du bien ! En plus, le cadre estival m’a donné envie de vacances !

Une bouffée d’optimisme et de fraîcheur ! À découvrir !

Le livre de Perle (Timothée de Fombelle)

Et encore une splendide découverte jeunesse ! Ça faisait un moment que ce livre m’intriguait  Je remercie ma médiathèque chérie de m’avoir fait découvrir cet ouvrage !

23261332

Résumé:

« Tombé dans notre monde une nuit d’orage, un homme emprunte le nom de Joshua Perle et commence une vie d’exilé. Cette nouvelle vie fugitive, déchirée par un chagrin d’amour, est aussi une quête mystérieuse.

Au fil du siècle, Perle rassemble un trésor pour défaire le sort qui l’a conduit loin de chez lui. Mais ceux qui l’ont banni et le traquent le laisseront-ils trouver le chemin du retour?

Perle a-t-il raison de penser que la fille qu’il aime l’attend toujours là-bas? »

Mon avis:

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce livre se démarque de toutes les histoires mêlant rêve et réalité que j’ai pu lire !

Que se passe-t-il quand les histoires (racontées au coin du feu) rencontrent la grande Histoire, bien réelle qui marque au fer rouge nos vies?

C’est ce qui arrive à notre héro, venu d’un royaume lointain qui se retrouve au coeur d’un conflict qui ne l’intéresse pas. Ce qu’il veut, c’est retrouver son amour interdit, sa Fée et son Royaume

Élevé dans une boutique de confiserie spécialisée dans les guimauves, les Perle, il prend le nom de leur fils décédé, Joshua

Si j’ai eu un peu de mal au début, je me suis vite plongée dans l’ambiance très particulière de ce livre, où le merveilleux cotoie l’aventure et où notre héro suit un vrai parcours initiatique. Mais qui est-il vraiment?

Et qui sont ces brigands qui le poursuivent ? Et son amour interdit, Oliä, est-elle vraiment une Fée ?

C’est un livre dont il m’est très dificile de parler tant il est dense et particulier. Il y a en fait plusieurs histoires qui s’alternent, se superposent pour finalement s’assembler comme un puzzle magique. 

D’un côté il y a Ilian, qu’un sort projette dans notre monde et dont le Destin promènera de part le monde à le recherche de son royaume perdu.

C’est aussi un petit garçon qui rencontre un vieil homme dans une cabane en pleine forêt… Une rencontre qui changera radicalement sa vie. 

Ou encore une Fée captive qui est prête à tout pour retrouver son Amour, même devenir humaine…

De nombreux thèmes sont abordés avec justesse et finesse: la Guerre, la Famille, l’Amour, l’Honneur, l’Injustice…mais surtout la notion de Foyer, cet endroit unique qui n’appartient qu’à nous…

En tout cas, c’est un livre très original qui change des contes habituels ! J’ai beaucoup aimé, même si ce n’est pas un coup de coeur ! 

 

Deaf Sentence (David Lodge)

Aujourd’hui, place à un livre qui trainait dans ma PAL depuis… un moment! Comme vous le savez, je cherche des livres ayant pour thème la surdité sous toutes ses formes, que ce soit de naissance, liée à l’âge ou à l’environnement extérieur.

J’avais déjà repéré en librairie « La vie en  Sourdine » de David Lodge. Mais je dois dire que son titre original est encore plus pertinant : Deaf Sentence. Le mot « deaf » (sourd) se confondant avec « death » (mort).

capture-decran-2010-08-14-a-10-16-021

 

Desmond Bates, 65 ans, est un professeur de linguistique qui a pris sa retraite suite à des pertes d’audition de plus en plus importantes.  Sur un ton à la fois drôle et ironique, il décrit sa difficulté à communiquer avec les autres. 

Son épouse, Winnifred, 59 ans, de religion catholique, divorcée puis remariée avec lui, tient une boutique de décoration d’intérieur qui marche bien. 

Son père, 89 ans, ancien musicien professionnel de jazz, vit à Londres, dans la maison de « Brickley »Bates a passé son enfance (le quartier d’enfance de David Lodge est Brockley, dans le district de Lewisham).

Alex Loom, 27 ans, est une doctorante américaine émigrée en Grande-Bretagne. C’est par elle que l’histoire va commencer.

Une collaboration va naître grâce à la thèse de la jeune femme sur un thème assez glauque: les lettres de suicide !

Mais entre ses problèmes d’oreilles, son couple qui bat de l’aile et les intrigues d’une étudiante sans scrupules, notre pauvre Edmond va en voir de toute les couleurs !

Deaf Sentence est un livre drolatique et grinçant, qui dénonce sans état d’âme le mépris des entendants pour les sourds et autres « durs-de-la-feuille ». 

À lire assurément !

 

 

Animale Tome 2: La Prophétie de la Reine des Neiges

Après la belle découverte d’Animale, je devais absolument lire la suite ! 

static1.squarespace

Résumé:

« Et si le plus merveilleux des contes cachait le plus sombre des complots?

1833, sur une île perdue du Danemark. Elle s’appelle Blonde, il se nomme Gaspard. Elle est animale, il est fou d’elle. Le destin s’apprête à les arracher l’un à l’autre: ils sont victimes d’une prophétie qui bouleversa le monde à jamais. Blonde parviendra-t-elle à déjouer les plans de l’énigmatique Reine des neiges, avec pour seul allié un jeune écrivain nommé Andersen? »

Mon avis:

Un livre parfait pour cette période de l’année ! Après Boucle d’Or, c’est le célèbre conte d’Hans Andersen que Victor Dixen nous mitonne à sa sauce. 

Blonde et Gaspard coulent des jours heureux sur l’île Sans nom où, tels Adam et Êve, ils construisent leur petit nid douillet. Blonde y a même trouvé un moyen de contrôler sa part Ourse: l‘Eau Lumière, un hydromel fait avec du miel de chardon blanc.

Mais bien vite, l’Histoire les ratrape. Des hommes viennent sur l’île pour réquisisionner les derniers Hommes-Ours pour une nouvelle guerre. Et leur chef n’autre que La Reine des Neiges !

Mais quand c’est Gaspard qui se fait kidnapper, Blonde va tout faire pour le retrouver. Elle est d’autant plus inquiète que son compagnon a un comportement étrange depuis un incident étrange dans le navire de leur geôliers…

Et pour cela trouva un alié des plus inattendu issu de son passé: un certain…Hans Andersen !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Victor Dixen connaît bien ses classiques ! Et sa façon de mêler l’histoire aux contes de fée est très intéressante ! Si dans le premier tome, j’ai surtout été marquée par Gabrielle, ce 2e tome met clairement Blonde sur le devant de la scène !

Le conte de la Reine des Neiges est subtilement revisité, notre Reine retrouve sa noirceur originelle. Hans Christian Andesen est un personnage qui paraît un peu en retrait mais qui prend une place très intéressante dans l’histoire.

D’autres contes surgissent en filigrane, comme « la petite fille aux allumettes » ou encore le mythe du Berseker !

Et c’est au tour de Gaspard de combattre ses propres démons intérieurs… Parce que ce n’est pas parce qu’on est humain, que l’on n’a pas de « malédiction »

Entre roman historique, conte revisité et mythologie nordique, Victor Dixen nous plonge dans une suite épique encore plus passionnante que le premier tome ! Une réussite !

Sophie et la princesse des loups (Cathryn Constable)

Juste une petite chronique sur ma dernière lecture de 2016. Noël étant passé plus dans le brouillard que la neige, j’avais envie d’une ambiance « conte d’hiver » ! J’ai donc opté pour « Sophie et la princesse des loups » de Cathryn Constable !

product_9782070651528_244x0

Résumé:

« Pour Sophie et ses amies, le voyage scolaire en Russie prend un tour inquiétant. Abandonnées dans un train, les trois jeunes filles sont recueillies par la princesse Volkonski. Leur hôtesse, fascinante et effrayante, raconte de terribles histoires de révolution, de diamants disparus et de tragédies passées. Quels lourds secrets recèle son palais délabré? Ces loups blancs que Sophie semble être la seule à voir dans la forêt sont-ils bien réels? »

Mon avis:

Cathryn Constable a su me transporter avec une histoire plus familiale que fantastique !

Sophie Smith est une jeune orpheline qui s’ennuie à mourir dans son pensionnat de Londres. La jeune fille fait souvent le même rêve où elle revoit son père disparu au coeur d’une forêt enneigée. Elle n’a plus le moindre contact avec sa tutrice, trop occupée (et trop méprisante) pour s’occuper d’elle.

Mais voilà qu’une étrange femme débarque au pensionnat et semble très intéressée par la jeune fille… et qu’un voyage en Russie est organisé par l’école !

Il n’en faut pas plus à Sophie pour sortir de sa torpeur habituelle. Ce voyage à St Petersbourg, c’est l’occasion de quitter une ville qu’elle déteste et rejoindre les neiges de son rêve. C’est ainsi que les collégiennes partent pour la Russie.

Malheureusement, dès l’arrivée, rien ne se passe comme prévu !  Les trois amies se retrouvent à l’autre bout du pays, dans un palais délabré environné de loups. Et font ainsi la connaissance de la mystérieuse princesse Volkonski.  Qui est-elle? Quelle est cette histoire de diamant perdu? Pourquoi une telle froideur? 

Mais plus que les cette histoire de diamants et de manipulations, ce sera pour Sophie l’occasion de résoudre un autre mystère, qui la hante depuis toujours…

Même si l’intrigue est assez convenue, j’ai beaucoup aprécié ce livre. L’écriture est pleine de poésie et j’ai particulièrement adoré l’ambiance russe, énigmatique et fascinante. Sans parler de la Neige, qui illumine le récit. 

Mais c’est un très joli conte, qui fait découvrir en douceur la culture russe !