Batman Légo: le film

Hello à tous ! Aujourd’hui, je termine le cycle des Films Légo avec mon personnage préféré: Batman ! Alors, Verdict? 

Résumé:

Voilà enfin Batman héros de son propre film après l’avoir ardemment désiré lors de la grande aventure Lego. À Gotham, toutefois, la situation a drastiquement changé, et si le chevalier noir veut être en mesure de sauver la ville du machiavélique Joker, il devra cesser de faire bande à part et accepter de travailler en équipe. Une idée qui ne le réjouit guère, mais à laquelle il devra s’habituer malgré lui.

 

Mon avis:

Sans être aussi comique que les autres films, j’ai tout de même beaucoup apprécié cette version ! Déjà, nous rencontrons un Batman... plus subtil qu’il n’y paraît !

Sous ses airs sombres et arrogants, notre héro est en pleine déprime ! Il croyait retrouver le sourire en rencontrant la belle commissaire Barbara Gordon. Mais hélas, celle-ci semble le mépriser. Sa relation avec le Joker est presque comme un couple en crise mais inversé: le clown veut être reconnu comme « pire ennemi »! Le Joker aussi est bien campé: hystérique, cruel mais aussi presque touchant par moment. Je trouve intéressant le contraste entre le méchant joyeux et le héro sombre à la voix caverneuse.

Batman souffre de sa solitude, mais pas question de l’avouer ! Il est Batman, c’est sa marque de fabrique. Et voilà qu’il se retrouve avec un enfant sur les bras ! Robin est LE personnage qui donne l’humour au film. C’est un enfant enthousiaste, intelligent et complètement baré qui m’a beaucoup fait rire !

Enfin, on peut compter sur Alfred, le seul qui comprenne vraiment Bruce au final ! Leur relation est très touchante. Et quelle brillante idée de lui donner la voix de Stéphane Bern ! Ça collait parfaitement au personnage ! J’ai aussi adoré Harley Quinn, très proche du dessin animé des années 90 ! 

Ma seule déception est la commissaire Gordon. Je l’ai trouvée trop donneuse de leçon, trop niaise. EIle ne va pas du tout avec Batman ! Mais sinon tout y est. Graphisme nickel, l’histoire est rythmée, l’ambiance colorée, et j’ai beaucoup aimé le message du film ! 

Bref : oui, j’ai bien aimé Batman Légo la qualité de son scénario et même le doublage vf !

TAG livresque: Tout est dans le titre !

Parce que ça faisait trop longtemps que j’en avais pas fait: un petit tag déniché chez Smells like Rock ! Le principe: réponde par des titres de livres !

Décris-toi : « Complètement cramé(e) » de Giles Legardinier

Comment te sens-tu ? « Que du Bonheur ! » de Rachel Corenblit

Décris où tu vis actuellement : « Je suis à l’Est ! » de Josef Schovanec

– Si tu pouvais aller n’importe où, où irais-tu ? :« Espaces sauvages » de Jim Fergus

Ton moyen de transport préféré : « La Rose dans le bus jaune » d’Eugène Ébaudé

– Toi et tes amis vous êtes ? : « Gamines » de Sylvie Testud

– Comment est le temps ? : « Un été de canicule » de Françoise Bourdin

– Ton moment préféré de la journée ? « Un matin sur la terre » de Christian Signol

– Qu’est la vie pour toi ? « Un parfum d’encre et de liberté » de Sarah McCoy

– Quel est le meilleur conseil que tu aies à donner ? « Respire » d’Anne-Sophie Brasme

– Ta peur ? « Comment j’ai vidé la maison de mes parents » de Lydia Flem

– Ta pensée du jour ? « Chouette ! Une ride ! » d’Agnès Abécassis

– Comment aimerais-tu mourir ? « Sans regrets » de Françoise Bourdin

– La condition actuelle de ton âme : « Que ma joie demeure » de Jean Giono

Comme toujours, je ne tague personne. Chacun est libre de reprendre ou non ce questionnaire !

 

 

J’aime/J’aime pas (2)

Parce que j’avais aimé écrire cet article, je me décide à  ré-écrire sur les choses que j’aime et déteste dans ma vie de tous les jours ! Les goûts changent avec le temps et je pense que ça peu être intéressant de voir mon évolution !

  • J’aime (toujours)

-La nature: Avoir un jardin ou vivre à proximité d’un parc/une forêt est un privilège à notre époque ! Aussi, dès que je le peux, je m’y ressource ! J’adore les arbres !

-La lecture: J’ai beaucoup lu ces derniers temps, surtout de la lecture feel good, car l’actualité est déjà bien assez anxiogène comme ça ! Et j’ai fait le tri dans mes envies livresques: je cherche avant tout de la légèreté et de la poésie !

-Le calme: le bruit des villes m’a toujours stressée. C’est pourquoi le calme de ces deux derniers mois, m’a certes surprise, mais pas angoissée. J’ai au contraire largement profité de cette ambiance inédite ! Écouter le chant des oiseaux, le vent… et même la pluie !

-Être seule de temps en temps: pour moi, c’est primordial ! J’en profite pour créer, écrire, me reposer, méditer… Bref, je trouve toujours de quoi m’occuper !

  • Je n’aime pas/plus

-Le café: c’est bien simple, mon estomac n’en veut plus. Je ne prends plus que du thé, des tisanes et des jus de fruits. Il m’arrive encore de prendre un chocolat chaud, mais c’est beaucoup plus rare !

-Les pressions sociales: quel que soit le domaine, vie privée, professionnelle, la famille ou autres. Je suis comme je suis. À prendre ou à laisser !

Les intrusifs: Pourquoi faut-il toujours tout savoir sur tout le monde? 

Les thrillers (en bouquins comme en film). À deux exceptions près, ce genre n’est vraiment pas fait pour moi ! Je suis bien trop sensible !

-Les chiffres: je suis tout sauf une scientifique. Tout ce qui contient des chiffres me passe à travers: calcul mental, code à mémoriser, jeux de « logique »…

Et vous, comment allez-vous en ce moment? 

 

Coup de coeur du jour: Corine Sombrun

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, place à la chronique d’un livre qui m’a pas mal secouée ! J’en parlais dans ce post ! 

Résumé:

« Dans son Journal d’une apprentie chamane, Corine Sombrun racontait l’incroyable aventure qui l’avait conduite, sur les traces d’un chamane péruvien, au fin fond de la forêt amazonienne. Elle a poursuivi sa quête spirituelle en Mongolie auprès des chamanes Tsaatanes, qui vont lui révéler qu’elle est elle-même chamane et doit suivre leur enseignement. C’est autant une vision décapante du monde de la steppe que le récit singulier d’une expérience intérieure. »

Mon avis:

Wow ! Je n’ai plus été aussi émue depuis Wild et Mange/Prie/Aime !

C’est d’abord le pays qui m’a intriguée: La Mongolie est une culture très secrète et méfiante envers les étrangers. Ce qui n’est pas étonnant vu son passé communiste et le manque de respect d’étrangers soit-disant « civilisés » !

Qui plus est le chamanisme est une pratique singulière, très mal comprise par les autres cultures, et pas seulement occidentales: pour les mongols, un chaman est à la fois un médecin, un sage et un pont entre le monde terrestre et celui des Esprits.

Corine Sombrun nous livre un témoignage saisissant, puissant. Et en même temps, d’une légèreté et d’un humour qui fait chaud au coeur. 

Tout commence par un rêve de chant diphonique lorsqu’elle est encore en Amazonie. Corine décide de suivre ce rêve et se rend en Mongolie, sous couvert de reportage; elle travaille pour la BBC. Les paysages arides et la nature brute de ce pays la touche au coeur. Mais ce n’est par rapport à ce qu’elle va vivre lors de sa première cérémonie.

En plein tournage, voila que Corine se sent « happée », portée par le son du tambour, hors du temps et de l’espace, hors d’elle-même: elle vient de faire sa première transe ! Stupeur chez elle et colère chez les Mongols. Elle aurait pu prévenir ! Mais comment aurait-elle pu savoir? C’est ainsi que commence son initiation. 

Sa vision du chamanisme est loin de tout cliché mystique ou folklorique. C’est avant tout une Expérience. Un vécu. Une Renaissance aussi.

En effet, Corine traverse une période sentimentale très triste et j’ai été bouleversée par sa dignité, sa pudeur, face à cet événement. Elle ne se lamente jamais, est curieuse de tout, et continue son chemin en suivant son coeur. Sa personnalité est très bourrue, enthousiaste

Ce qui m’a émerveillée, c’est aussi l’ambiance chaleureuse de sa famille d’accueil . Tout le monde sourit, tout le temps, meme dans les pires moments. C’est commun à beaucoup de tribus « primitives ». J’admire cette façon d’être, en accord avec le temps, la nature. La vie est rude mais heureuse. Ces hommes et femmes nous offrent une leçon de bonheur simple.

Enfin, la dernière partie du livre m’a fait l’effet d’une claque ! À la fin, j’étais en larmes, chamboulée par les trésors de notre esprit. Par la sagesse de cette culture et son enseignement.

Un témoignage incroyable que je relirai certainement !

 

 

Séquence Nostalgie : « Grease » de Randal Kleiser (1978)

Hello à tous ! Aujourd’hui, je révise mes classiques ! Et oui, honte à moi, je n’avais jamais vu Grease !

Résumé:

A la fin des vacances d’été, les amoureux Danny Zuko et Sandy Olsson, une jeune Australienne de bonne famille, doivent se séparer.
A son retour au lycée Rydell, le jeune homme retrouve sa bande, les T-birds, blousons de cuir et cheveux gominés. Les parents de Sandy ayant décidé de s’installer aux Etats-Unis, la demoiselle intègre la même école…

 

Mon avis:

Je suis contente d’avoir enfin pu voir ce film ! L’histoire est simple mais sympathique. Toutefois, certains thèmes abordés sont moins légers qu’il ne parait: bandes rivales, éducation stricte, réputation au lycée et/ou dans la famille…

L’opposition « Gang de mecs » et « Gang de femmes » est intéressante, même si certains clichés m’ont fait lever les yeux au ciel. Mais faire partie d’un « clan » était important à l’époque. Sans parler de la révoltion sexuelle, très présente dans ce film !

Outre Sandy et Danny, les personnages secondaires m’ont plutôt plue. Il y a par exemple Betty Rizzo, une jeune femme sarcastique et cinglante, qui refuse de montrer un signe de faiblesse. Je croyais avoir affaire à une pimbêche mais non, elle est plus subtile que ça !

Il y a aussi Jane, une petite brune boulotte, pas très jolie, mais tellement pétillante qu’elle s’attirera les avances de Putzie, le plus jeune membre des T-Birds !

Mais la plus drôle est Franchie, qui comme Sandy est naïve et romantique. Mais c’est la seule qui semble se préoccuper de son avenir professionnel.Voulant quitter le lycée pour apprendre la coiffure, elle y retournera devant les résultats catastrophiques de son apprentissage. Sa joie de vivre et son peps donne tout l’humour du film !

Les personnages sont donc plus subtils qu’il ne parait. Le rockeur au coeur tendre, la jeune fille « sage » mais qui n’hésite pas donner un gifle quand elle n’est pas d’accord. La rebelle sarcastique mais qui au fond, aspire aussi à l’amour. Certains thèmes sont intemporels comme la confiance en soi, l’amour, la danse, la compétition. Ça fait juste bizarre de voir des adultes jouer de supposés adolescents ! Que ce soit dans les films ou les séries, ce fait m’a longtemps énervée !

Néanmoins, j’ai su apprécier ce film culte avec son ambiance joyeuse, ses couleurs, ses costumes … Et puis le déhanché de Travolta est mythique !

Mais ce qui m’a surtout plu, c’est que chacun des personnages trouve chaussure à son pied et finit par s’affirmer, ce qui est très positif ! En revanche, je trouve que l’affiche est un gros spolier du film ! C’est pourquoi j’ai préféré en mettre une « alternative »!

Un film frais, pétillant, qui a certes un peu vieilli mais qui fait du bien !

 

 

« La Momie 3: La tombe de l’Empereur Dragon » de Rob Cohen

Hello à tous ! Aujourd’hui, je termine la saga de la Momie !  J’adore ce mélange d’action, de comédie familiale et d’aventures à le Indiana Jones ! Alors, verdict ?

Résumé: 

Rick O’Connell et les siens se retrouvent, cette fois,en Asie où ils affrontent l’empereur Dragon. Là, l’explorateur, son fils, sa femme et son beau-frère doivent livrer un combat sans merci à la momie ressuscitée du plus impitoyable conquérant de Chine.

 

Mon avis:

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le filon est utilisé à fond ! Et si l’action est toujours là, le scénario s’essouffle. Pourtant, le film n’en est pas mauvais pour autant !

Déjà, c’est Alex O’ Connel, qui prend les commandes de l’aventure ! En digne fils de ses parents, c’est suite à l’une de ses découvertes que notre joyeuse famille retrouve le piquant de l’exploration. Mais pas facile de s’affirmer entre un père militaire et une mère excentrique ! Mais une jolie Ninja va lui redonner confiance en lui ! 

Exit l’Égypte ! Cette fois-ci, c’est en Asie que nous partons ! Si le couple Evy/Rick est toujours aussi amoureux, leur vie « rangée » depuis l’époque d’Imotep les plonge dans la routine et l’ennui. La découverte de leur fils les rend fiers mais sa quête d’indépendance énerve Rick, se qui provoque entre eux une froideur nouvelle, ce qui peine beaucoup Evy.

L’histoire mythologique de la chine est intéressante; un empereur, Qin Shi Huang, régnait en tyran sur la Chine ancienne. Il se servait de ses ennemis pour construire la Grande Muraille. Maudit par une sorcière pour avoir volé son amour et vouloir devenir immortel, son armée a été transformée en statues.

Des siècles plus tard, sa momie est exhumée pour être une nouvelle arme de guerre. Rien de bien nouveau, donc.

Non, ce que j’ai trouvé dommage, et surtout étrange, c’est que l’actrice des deux derniers volets Rachel Weisz, ait été remplacée par une autre: Maria Bello. Elle est loin d’être mauvaise, mais pour moi, ce n’était pas Evelyn ! J’aurais préféré un changement de scénario, genre une nouvelle femme pour Rick ! L’histoire aurait gagné en crédibilité ! 

Le personnage de Rick s’essouffle aussi; déprimé, plus lourd, on comprend qu’il ait voulu se ranger ! De plus, la froideur de son fils le déroute beaucoup ! J’ai aimé cette partie plus amère, de sa personnalité ! C’est la relation père/Fils qui prédomine et c’est un changement agréable !

Alex est un jeune homme enthousiaste, mais pas aussi séducteur que son père, ce que j’ai beaucoup aimé ! La renommée d’O’Connel n’est plus à démontrer, ce qui pèse lourd sur ses jeunes épaules. L’ombre de son père l’étouffe et il veut se débrouiller par lui-même avec ses propres méthodes.

Enfin, il y a Jonathan, le frère d’Evelyn, qui m’a vraiment tapé sur les nerfs dans ce dernier volet ! Après tous ces dangers et ces malédictions, lui ne pense toujours qu’à amasser des richesses. Si c’était rigolo au début, ça devient pathétique dix ans plus tard !

L’histoire est rythmée, le scénario correct. Mais le manque d’alchimie entre Brandon Fraser et Maria Bello m’a fait lever les yeux au ciel ! D’autant qu’elle n’est pas aussi belle que Rachel Weiz. Sans parler de la fin, complètement ratée, et tournée à la va vite! Je m’attendais à beaucoup mieux ! 

Un troisième volet en demi teinte, ni excellent, ni épouvantable ! Je crois que je vais finir par le Roi Scorpion, mais c’est tout !

 

Dancing with the Birds (Netflix)

Depuis le mois de mars, je me suis fait une cure de nature: avec l’arrêt des voitures en ville, j’ai redécouvert le chant des oiseaux et ça fait un bien fou ! Alors quand j’ai vu que Netflix proposait un documentaire sur les oiseaux exotiques, j’ai foncé !

Résumé:

« De danses provocantes en étalage de plumes colorées, de majestueux oiseaux nous offrent le spectacle de leurs captivantes parades nuptiales. Film réalisé par Huw Cordey et raconté par Stephen Fry. »

 

Mon avis:

Mais quelle merveille ! Ce film n’est pas seulement un superbe hommage à la forêt tropicale et ses habitants. Ces oiseaux sont juste incroyables ! Les mâles redoublent de créativité pour attirer leur compagnes ! Chaque oiseau a son style, sa beauté et sa technique pour pécho !

L’un déploie ses longues plumes gracieuses, un autre fait du « pole dance » sur un tronc en frétillant de la queue, un troisième change littéralement de forme ! D’autres optent pour le travail d’équipe. À deux ou en bande, ils mettent toute leur énergie pour être remarqués: frétillements, chants lyriques ou danse synchronisée ! Tout est soigneusement préparé de façon maniaque, c’est juste impressionnant ! 

Les parades sont pleine de poésie, de couleurs et même d’humour ! Piste de danse impeccable, nid « romantique » fait de branchages et décoré de friandises, chants portant sur des kilomètres pour attirer la femelle… qui peut se révéler impitoyable et se casser avant la fin du show ! J’étais juste dépitée quand l’un deux se prenait un râteau ! 

Pour mettre du rythme dans tout ça, le réalisateur a opté pour une musique adaptée à chaque « artiste » et un narrateur de talent: Stephen Fry

J’ai aussi beaucoup aimé l’opening du film maçon dessin animé, qui donne la pêche et met instantanément de bonne humeur ! Le seul défaut de ce film: bien trop court, moins d’une heure ! J’en voulais encore ! Je vais m’en regarder d’autres, c’est certain !

Je recommande si vous aimez la nature et/ou passer un bon moment en famille ! Ça change des séries, c’est coloré et nous permet de nous émerveiller !

« Le Retour de la momie » de Stephen Sommers (2001)

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une nouvelle chronique ciné ! Je continue la saga de La Momie avec le deuxième volet !

Résumé:

Rick a épousé Evelyn et le couple coule désormais des jours heureux à Londres où ils élèvent leur fils de huit ans, Alex. Mais les légendes égyptiennes n’ont pas fini de les hanter. En effet, la momie d’Imhotep est une nouvelle fois ramenée à la vie… et elle n’est pas la seule !

 

Mon avis:

Quel plaisir de retrouver Rick O’Connell et sa bande ! Toujours aussi spectaculaire, ce deuxième volet bénificie d’un scénario efficace ! Contrairement à d’autres, je lui est trouvé un aspect plus original que le premier !

En effet, ce film se rapproche plus du péplum que d’Indiana Jones, surtout au début !

Nous découvrons d’abord l’histoire d’un redoutable guerrier, Mathayus, qui tentera en vain de prendre la Cité de Thèbes avec sa gigantesque armée. Les survivants errent dans le désert et meurent les uns après les autres. Alors que Mathayus sent sa fin proche, il fait un pacte avec le dieu Anubis, pour le sauver. Ainsi naît la légende du Roi Scorpion

Puis retour en 1933. Rick et Evelyn sont mariés et parents d’un petit garçon de 8 ans, Alex. Celui-ci n’a rien à envier à ses parents côté débrouillardise ! Lui-même fasciné par l’Égypte Ancienne, il participe activement aux recherches archéologiques de ses parents.

Lors d’une fouille, ils découvrent mystérieux bracelet avec un scorpion dessus. Sans le savoir, ce « vol » va réveiller un légende ancestrale ! Mais ce n’est pas tout ! Leur ancien ennemi Imhotep reprend du service, grâce aux magouilles d’une secte locale ! Pire, Alex, qui a voulu jouer avec le bracelet, l’a « activé » et se retrouve en danger ! 

On retrouve tout ce qui fait le succès de la Momie: de l’action, de l’humour, de l’aventure et du fantastique ! J’ai eu aussi le plaisir de retrouver Jonathan, le frère d’Evelyn, toujours aussi maladroit et avide de richesse. Il y a aussi Izzy, un pilote de dirigeable, qui donnera au film un côté Jules Verne assez fun ! 

J’ai retrouvé mon perso préféré: Ardeth Bay, le guerrier Medjaÿ, qui a été d’un grand secours à Rick, lors de sa première confrontation avec Imhotep ! Plus qu’un combattant hors pair, c’est un homme loyal, toujours prêt à servir son clan et ses amis. Il possède une certaine sagesse orientale qui donne plus de « valeur morale » au film. Sa vision du monde m’a fait un peu penser aux Amerindiens… Il voit en Rick un guerrier protecteur, ce qui amuse beaucoup ce dernier !

Enfin, le plus gros point fort du film est l’évolution d’Evelyn: elle est devenue plus active, plus « guerrière » elle-même, mais pour une toute autre raison. Elle aime tendrement son fils et son mari, au point d’en être franchement niaise, par moment ! J’avoue que j’ai du mal avec cette partie de sa personnalité !

En revanche, je suis toujours sous le charme d’Anck-Su-Namun, la femme dImhotep, qui fait aussi son retour: belle, sensuelle et cruelle, c’est vraiment une « femme fatale » ! Dans tous les sens du terme !

Esthétiquement, le film est toujours aussi réussi. Même si certains effets visuels sont kitchs, il ne faut pas oublier que le film date du début des années 2000 ! C’était une prouesse pour l’époque ! Je ne me suis pas ennuyée une seconde et j’ai hâte de voir le troisième !

Bref, Le Retour de la Momie remplit parfaitement son rôle: une comédie d’aventure efficace et savoureuse !

Coup de coeur série: « Timeless » d’Eric Kripke et Shawn Ryan

J’en ai parlé lors de mon dernier article, voici ma chronique de la première saison de Timeless ! Et quel régal ! Moi qui adore les voyages dans le temps, j’ai été servie !

Résumé:

« Un trio improbable, composé d’une enseignante en histoire, d’un militaire et d’un scientifique, voyage à travers le temps afin d’arrêter un dangereux criminel, désireux de modifier le cours de l’Histoire telle que nous la connaissons. »

Mon avis:

Je crois que je viens de voir la série la plus addcitive et palpitante depuis le Doctor Who !

Un soir, des individus malintentionnés attaquent un laboratoire de la société américaine Mason Industries et réussissent à s’emparer du fruit de leurs recherches top secrètes, qui viennent d’aboutir à la mise en service puis aux tests concluants d’une machine temporelle fiable. À l’arrivée des secours, les voleurs s’enfuient à bord de la machine et voyagent dans le temps. Ils ont kidnappé avec eux une personne sachant piloter la machine temporelle, son inventeur le professeur Anthony Bruhl.

Le voleur s’appelle Garcia Flynn, un fugitif temporel dont le but est de détruire l’histoire des États-Unis car selon lui une organisation secrète dénommée Rittenhouse dirige dans l’ombre les États-Unis depuis 1778. Elle serait responsable de l’assassinat de sa femme et de sa fille. Sans scrupules ni pitié, il est prêt à tout pour arriver

Dans cette chasse à l’homme particulière, une équipe de choc est mise en place: Lucy Preston, une historienne, Rufus Carlin, un scientifique et Wyatt Logan, un sergent-chef des Delta Force. À bord d’une capsule temporelle en forme d’oeil, ils traquent Flynn à travers le Temps et l’histoire.

Mais cette course-poursuite n’est pas sans conséquence sur le présent…notamment celui de Lucy. Sans aller plus loin dans l’intrigue, ce que je peux dire c’est:

Que le thème du voyage dans le temps est remarquablement bien exploité. Le casting est excellent. Mention spéciale pour la belle Abigail Spencer, qui fait Lucy. C’est bien simple, toutes les époques lui vont, c’est assez rageant ! Intelligente et très courageuse, elle ne se laisse jamais marcher dessus mais déteste la violence. Et son arme la plus redoutable est…son regard de chien battu ! Elle peut avoir tout le monde dans sa poche avec ça ^^

Ses deux camarades ne sont pas en reste. Ruffus est un scientifique brillant et intègre. Wyatt est le militaire sans peur…mais non sans reproche. C’est aussi le beau gosse du trio ! Tous les trois forment une équipe qui inspire tout de suite la sympathie.

L’intrigue est palpitante avec un mélange d’espionnage, de policier et de drame familial. J’ai particulièrement aimé la façon dont l’équipe se soude un peu plus à chaque épisode. C’est aussi l’occasion de rencontrer de grands noms de l’histoire: Lincoln, Rooswelt, Davy Crockett, Ian Fleming, l’auteur de James Bond…

Enfin, il y a cette société Rittenhouse, qui donne tout le mystère et le sel de la série ! Chaque épisode m’a emballée et certains cliffangers m’ont laissée très frustrée !

Mais j’ai adoré l’ambiance, le suspense. Il y a même un certain humour ! Et je préfère encore ne pas avoir se réponses à mes questions plutôt que m’ennuyer parce que j’ai déjà trouvé le dénouement !

En tout cas, après Code Quantum, Sliders, Primeval et Le visiteur du futur, j’ai trouvé une série très originale que j’ai hâte de la continuer !

 

« Beauté cachée » de David Frankel

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à un film au titre intriguant que je voulais absolument voir ! Avec un casting pareil et Will Smith en première ligne, c’était juste obligé !

Résumé:

« Howard Inlet, un brillant publicitaire new-yorkais, n’est plus que l’ombre de lui-même. Depuis qu’il a perdu sa fille, il n’a plus le goût de vivre. Son entreprise s’en ressent, et ses collègues décident de le secouer de façon originale: répondre à trois lettres désespérées…à la Mort, au Temps et l’Amour ». 

 

Mon avis:

J’attendais beaucoup de ce film… et ça m’a frustrée !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le sujet est délicat. Comment se relever de la perte d’un enfant? Que dire face à un ami, un collègue, tellement dévasté qu’il ne parle plus et ne se soucie plus de son apparence, de son travail et de sa vie privée?

Depuis la mort de sa fille, Howard n’arrive à faire que trois choses: des jeux de dominos, rouler à toute vitesse sur son vélo…et écrire. Ce sont ces lettres qui donneront à ses collègues une idée farfelue pour le faire sortir de son mutisme.

Ainsi, Howard se retrouve à plusieurs reprise, à faire la conversation avec… la Mort (Helen Mirren), le Temps (Jacob Latimore) et l’Amour (Keira Knightley). Il essaie aussi vainement de parler lors de thérapie de groupe. Mais le coeur n’y est pas.

Howard m’a fait penser à Hancock, dans son côté torturé mais digne, sauf que lui, n’a plus la force de sourire ou faire de l’humour noir. Sa douleur est tout ce qui lui reste de sa fille. Donc il l’entretient, se mure dans le silence, et ne s’autorise à pleurer que la nuit.

Mais ce film n’est pas qu’une histoire de deuil. Il y a aussi le pardon, le divorce, les problèmes financiers et la maladie. Le poids du Silence surtout ! 

Will Smith est comme d’habitude excellent. Ses expressions sont justes et poignantes. Il réussit faire ressortir sa souffrance sans dire un mot ! Et sans jamais sur-jouer.

Les autres acteurs ne sont pas en reste:

Kate Winslet dans le rôle de Claire la collègue compatissante en mal d’enfant; Edward Norton en ami d’enfance divorcé rejeté par sa fille… Helen Mirren, actrice fantasque et Mort pleine de répondant… J’avoue que des trois « éléments » j’ai préféré sa performance ! C’est une femme charismatique !

Keira Knightley m’a déçue. Je m’attendais à un personnage plus pétillant pour redonner l’espoir en l’Amour ! Son jeu maladroit est particulièrement fade à côté de Kate Winslet !

En revanche, belle surprise pour Jacob Latimore, qui incarne « Le Temps »: un jeune homme vif et philosophe, qui réussit à sauver le film d’une dégoulinade de guimauve. Son personnage fougueux donne un coup de peps bienvenu. 

J’aime aussi beaucoup Micheal Peña, dans le rôle de Simon Scott, un collègue de Howard, plus en retrait, mais qui a lui aussi son compte de problèmes. Son histoire m’a touchée par la façon dont elle s’inscrit dans le film, de façon pudique et discrète. 

Enfin, LA révélation de ce film est la magnifique Naomie Harrys qui incarne Madelline qui anime la thérapie de groupe. Son jeu, plein de finesse, de compassion et d’écoute m’a beaucoup touchée ! Un talent à suivre ! 

Beauté cachée est un conte intime, qui a le mérite d’avoir une forme originale. Chacun peut aider quelqu’un à franchir un cap, même avec un simple regard. Malgré ses maladresses, j’ai aimé le thème, les dialogues, le côté philosophique. 

Esthétiquement, c’est très joliment filmé, comme un conte de Noël, mais sans les cloches et j’ai particulièrement aimé la bande originale, très belle dans sa mélancolie.

J’ai été donc touchée… mais pas chamboulée. Ce film aurait pu être bien meilleur vu son casting. Dommage, car il y avait de la matière ! Heureusement, je l’ai vu en V.O. Les dialogues sont bien plus subtils dans cette version. Je le ferai plus souvent à l’avenir !

Une curiosité, ni exceptionnelle ni ratée. À voir juste une fois, pour se faire une idée !